Notice: Undefined variable: current_value in /home/chatea44/public_html/blog/wp-content/themes/sahifa/panel/post-options.php on line 791
Millésima – Rencontre avec un négociant atypique bordelais

Millésima – Rencontre avec un négociant atypique bordelais

Millésima: « Le vin est un produit de passion et sensuel que l’on déguste avec ses sens »

La société Millésima à Bordeaux est une société de négoce atypique. Rencontre avec Patrick Bernard, le père fondateur de la société au coeur des chais à Bordeaux. Par Alexandre Bernard

 

Millésima

© DR – Patrick Bernard dans ses chais de Bordeaux

La société Millésima à Bordeaux est une société de négoce atypique. Devenue leader de la vente de vin en France et en Europe, elle fait partie également du top cinq mondial. La firme totalise 35 millions d’euros de chiffre d’affaire. Dans les chais de 1840 situés Quai de Paludate – où sont recensées plus de 11.000 références, – sont entreposées plus de 2,5 millions de bouteilles. Millésima, négociant en vins à Bordeaux depuis 1983, est le spécialiste de la vente à distance de grands vins auprès de 80 000 clients particuliers répartis dans plus de 120 pays.

Du squash aux chais

C’est en jouant au squash dans les années 1980 avec son ami Max de Lestapis – un grand courtier bordelais – que Patrick Bernard a appris à connaître les secrets du milieu vitivinicole avant de sauter le pas. « En 1982, j’étais directeur général de l’affaire d’alcool de Lucien Bernard & cie et je jouais au squash avec un copain, Max de Lestapis, qui est devenu le plus grand courtier de Bordeaux. » explique t-il. Et à raison de deux fois par semaine, après les entrainements, on parlait de négoce pendant un quart d’heure. » C’est donc avec ses frères et cousins, qui ont investi avec lui 350.000 Francs pendant 10 ans, qu’il a décidé de se lancer dans l’aventure.

Si son entrée professionnelle dans le négoce remonte à 1983, ce n’est qu’en 1988 que Millésima, appelé à l’époque « Vin des Grands Vignobles », prend son orientation actuelle : la vente par correspondance de grands vins de Bordeaux. « Les grandes dates, c’est 1988 avec le lancement en marketing direct, avec un seul stock et un concept qui n’a pas bougé: c’est un stock dont on garantit la qualité et la densité. Chez Millésima, nous garantissons depuis 1990 que le vin n’a connu que deux chais: celui du producteur et le nôtre. Un stock de très grande qualité, un conseil personnalisé au téléphone capable de répondre à la plupart des langues européennes. » se félicite Patrick Bernard qui, pour donner les meilleurs conseils à ses clients, organise régulièrement des dégustations avec ses employés du service marketing et commercial.

« C’est important que les gens du marketing et du commercial sachent exactement comment sont les vins. Car si on veut le vendre correctement, il faut quand même le connaitre. Surtout avec le vin qui est un produit passion et sensuel que l’on déguste avec ses sens. » A la suite de cela, la société a commencé à se développer très vite. C’est pour cette raison, en 1992, que Patrick Bernard veut internationaliser Millésima en allant vers l’Allemagne parce qu’il souhaite supprimer toutes les dépendances comme celles du courrier, des transports et des banques. Oui. En cas de grèves, ils étaient embêtés parce qu’ils n’avaient plus rien. Les commandes par téléphone étaient rares, ils n’étaient pas livrés et l’entreprise ne recevait pas les règlements. « On était vraiment dans une situation catastrophique. Donc, en étant dans d’autre pays, on réduisait notre exposition au risque de grèves qui étaient gênantes. » se souvient-il.

A la conquête du monde

Millésima

© Millésima – Bibliothèque impériale, 12 000 grands formats.

En plus de vendre à travers l’Europe, il dispose bien évidemment d’une boutique de vin à Bordeaux au coeur de ses chais. Mais Millésima est présent à Saint-Tropez (dans le quartier de la Pinède) et aux Etats-Unis, à Manhattan – à l’angle de la 2nde avenue et de la 72ème rue – que sa fille Hortense gère. Mais Patrick Bernard ne se leurre pas: « avoir une cave là bas n’est pas une finalité. Le plus important reste le site internet. »

« L ’année dernière, on a investi 220.000 euros pour financer des campagnes de pub sur Facebook. Grâce à ça, ce sont 24 millions de personnes – entre 27 et 65 ans – qui ont été exposés à la pub »

Aujourd’hui, 80% des ventes sont réalisés via Internet dont 18% via le réseau social Facebook. Millésima évolue avec son temps et sait utiliser les moyens de communication de son époque avec Facebook, Twitter, Instagram et Youtube où l’on retrouvera pas moins de 700 vidéos chargées plus de 4 millions de fois. Patrick Bernard ajoute: « l ’année dernière, on a investi 220 000 euros pour financer des campagnes de pub sur Facebook pour qu’on se positionne sur Hong Kong et renforcer les Etats-Unis, la Suisse, l’Angleterre, la France et l’Allemagne. Grâce à ça, ce sont 24 millions de personnes entre 27 et 65 ans qui ont été exposés à la pub ».

Depuis 2010, Millésima s’est exporté en Asie en ouvrant d’abord à Hong Kong et plus récemment (au mois d’Août dernier) à Singapour. Cette dernière, tout comme Hong Kong, pèse déjà 1% du chiffre d’affaire après seulement 4 mois. De plus, toutes les commandes sur ces destinations partent de Bordeaux car Millésima n’a aucun bureau sur place.

Millésima

© Millésima – Bibliothèque impériale, un trésor pour du sur mesure face aux demandes clientèles.

Un regard vers l’avenir

L’été prochain aura lieu l’inauguration de la Citée du vin à Bordeaux. Pour le père de Millésima, il était « vital » de participer à ce projet car Bordeaux est réputée pour être la capitale mondiale du vin. Ainsi, avec les 4 sociétés du groupe Bernard (Domaine de Chevalier, Millésima, Lucien Bernard et la Financière Bernard), ils ont versé 500 000 €.

« Rien n’est acquis. Il faut tous les jours se battre pour que tout ce que l’on a se développe. »

Lors d’un voyage en Italie il y a 3 ans, Patrick Bernard a pu se rendre compte de toutes ces choses. « Que ça soit en Toscane ou dans le Piémont, il n’y a pas de négociant. Donc pour les fournisseurs (les propriétés), voir un négociant qui vient leur rendre visite, c’était génial; mais si en plus il venait de Bordeaux, c’était considéré comme une révolution, le nec plus ultra venant les aider notamment sur le marché français. ils étaient vraiment heureux! Donc j’ai pu mesurer le poids de Bordeaux dans le métier du vin, et le voir à travers l’oeil des autres. Donc rien n’est acquis. il faut tous les jours se battre pour que tout ce que l’on a puisse se développer. »
Il poursuit en disant : « c’était vital de le faire et on a voulu avoir une forte visibilité. En ce qui nous concerne, on est assez branché oenotourisme, que ce soit à Chevalier, la Solitude, à Peyrabon ou aux chais Millésima. » Chaque année, ils reçoivent près de 3000 visiteurs au château Peyrabon – propriété de la famille Bernard – et plus de 5000 aux chais. Quand Patrick Bernard visionne sa société dans 10 ans, il rêve d’une seule chose: vendre un tiers de Bordeaux, un tiers de vins hors Bordeaux et le reste des vins hors de France, de façon à ce qu’ils soient bien répartis géographiquement sans oublier de vendre toujours plus de Bordeaux.
Comme il le précise : « Je pense qu’il ne faut pas que l’on soit 100% Bordeaux parce que je ne suis pas persuadé que ça soit la bonne solution pour l’avenir. Par contre, notre coeur est à Bordeaux. »

Millésima

Fils et père – Fabrice Bernard (G) et Patrick Bernard (D) © Studio Deepix

 

A la fin de l’année 2016, Patrick Bernard quittera son poste de Président directeur Général de Millésima pour laisser la place à son fils, Fabrice, lequel a été récemment élu pour occuper dès 2017 la présidence de la direction générale de l’entreprise. Mais Patrick Bernard n’abandonnera pas pour autant le navire.

Alexandre Bernard

Millésima en quelques chiffres

Millésima en quelques chiffres

– 80.000 clients particuliers dans 120 pays – 11.000 vins référencés – 2,5 millions bouteilles stockées – 12.000 grands formats stockés dans la bibliothèque impériale – 1,8 millions visiteurs uniques sur le site en 2014 – 20.000 livraisons par an – 1800 euros de panier moyen – 35 millions d’euros de chiffre d’affaire

 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis


Notice: Undefined variable: current_value in /home/chatea44/public_html/blog/wp-content/themes/sahifa/panel/post-options.php on line 791
A propos de Millesima
Millesima is the leading fine wine merchant offering grand cru from Burgundy, the Bordeaux Grands Crus Classés, french wine en primeur, champagne to more than 60 000 clients. Worldwide delivery since 1983.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*