Les trésors sud-africains

Les trésors sud-africains

Un vignoble historique

L’Afrique du Sud fait partie des plus anciens vignobles du Nouveau Monde. Il fût implanté au 17ème siècle par les Huguenots, des français chassés de leur pays natal après la révocation de l’édit de Nantes. Ils ont alors peuplé cette colonie hollandaise avec des cépages venus de France. Au 18ème siècle, le vin de Constance – originaire de Constantia, dans la région du Cap – enchante les tables européennes, notamment les têtes couronnées. Cependant, le phylloxéra anéantira toute trace de ce vin de renom pendant longtemps. C’est en 1918 que la cave coopérative KWV (Kooperative Wijnbouwers Vereniging) est créée. Celle-ci régule la production après la crise phylloxérique. Elle concerne la quasi-totalité des producteurs et devient un véritable outil règlementaire de l’Etat en fixant les limites de production, de superficie et de prix. Elle est également la seule à pouvoir exporter. Les premières lois sur l’apartheid apparaissent en 1948. Elles auront des répercutions humaines et économiques désastreuses, les principaux partenaires économiques sanctionnant alors cette politique. Ne pouvant plus importer, l’Afrique du Sud se développe seule. On assiste alors à la création de levures propres, de cépages locaux (le Pinotage) et d’un marché local. Enfin, les « Wines of Origin », basés sur le modèle des appellations européennes, apparaissent. Ils hiérarchisent alors le vignoble en régions, districts et wards.

shutterstock_114498271_light2

L’après-apartheid

La libération de Nelson Mandela et la fin du régime permettent finalement l’ouverture de l’Afrique du Sud au monde. On constate un essor des exportations et les acteurs du secteur ressentent le besoin de réorganiser la filière, notamment par le biais d’une interprofession nationale. De plus, les quotas, auparavant fixés par la KWV, sont abolis. Il n’y a plus de limite d’encépagement et les cépages internationaux (Cabernet Sauvignon, Shiraz, Merlot, Chardonnay, Sauvignon Blanc) arrivent en nombre. Ce marché en expansion deviendra logiquement à cette époque, la destination des hommes d’affaire et investisseurs. Cela aura un impact sur la prospérité du vignoble qui entreprendra une impressionnante démarche oenotouristique. Dans cette même optique, le discours des acteurs de la filière évoluera lui aussi. Axé sur la biodiversité, il met en avant la multiplicité de terroirs et la dimension écologique des vins et des cépages autochtones comme le Sauvignon de Constantia, le Shiraz de Wellington ou le Riesling d’Elgin.

longshutterstock_93060625_light2shutterstock_93060625_light2Terroir & culture

95% des vins sont produits dans la province du Cap, au sud. On y distingue plusieurs régions – Orange River, Olifants River, Klein Karoo, Breede River Valley, Coastal Region… – bénéficiant d’un climat méditerranéen. Elles sont soumises à deux influences. L’une maritime – conditions de prédilection pour les vins blancs – qui privilégie des ceps à faible altitude et près du sol pour plus de rayonnement. Et l’autre, continentale avec des vignes à flanc de montagne pour rechercher la fraîcheur et une irrigation obligatoire. Les vendanges en janvier/février, lors de l’augmentation des températures, permettent d’obtenir des raisins sains, sans pourriture. La spécificité du vignoble sud-africain, c’est aussi le Bush Vine, un mode de culture traditionnel en forme libre au ras du sol, lequel offre une bonne pénétration du soleil.

 

Le Pinotage

shutterstock_116750164_light2pinotage2Aussi appelé Hermitage, cet hybride a été créé en 1925 par le Pr Peroldt de l’université de Stellenbosch. Il était alors destiné à réunir les caractéristiques aromatiques du Pinot Noir, ainsi que la productivité et la résistance du Cinsault. Malheureusement, les résultats ne seront pas à la hauteur de ceux escomptés et le Pinotage restera ignoré jusqu’en 1991. Cette année-là, Kanonkop remporte le prix du Winemaker of the Year à l’International Wine & Spirit Competition en Angleterre, avec son Pinotage. Le monde viticole s’intéresse alors à ce cépage oublié et ses surfaces plantées augmentent considérablement. Difficile à vinifier, il révèle différents styles de vins : fruité, léger ou corsé. Convaincant de par sa belle palette aromatique, il sera exporté au Zimbabwe, en Californie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et bien sûr, en Australie.

Une grande diversité de vins

Evalué à 100 200 hectares, le vignoble sud-africain séduit par sa belle variété. En effet, chaque région possède sa typicité. Ainsi, en ce qui concerne les vins rouges, ils seront plus portés sur les fruits rouges, la rondeur et les épices dans les zones de Stellenbosch et Paarl. Dans un style différent, Worcester et Swartland produiront des cuvées aux notes d’amandes, de noix et de cacao et la Vallée de la Breede sera axée sur la puissance. Le grand nombre de cépages joue aussi un rôle primordial. Un Pinotage sera distinct d’un Shiraz et de sa puissance aromatique. Il en est de même pour les vins blancs. D’une aire à l’autre, on passe d’une dominante de fleur d’oranger, agrumes et notes boisées, à des finales longues et fruitées, sur la figue et la fraîcheur. Constantia, l’une des appellations les plus réputées, produits des vins élégants et complexes aux senteurs épicées et aux fragrances de fruits confits. Enfin, on notera la production de « Cap classique », un effervescent à base de Pinot Noir et de Chardonnay, fortement inspiré de la méthode Champenoise pour parfaire cette large gamme de qualité.

pano

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Marie Lallemand
Etudiante en Master 2 Spirits Marketing & Management à l'INSEEC Bordeaux, blogueuse et assistante e-marketing chez Millésima.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*