Les primeurs 2012 Bordeaux – Jacques Dupont – Le point

Les primeurs 2012 Bordeaux – Jacques Dupont – Le point

Jacques Dupont © Le Point

Jacques Dupont
© Le Point

Jacques Dupont, le journaliste et chef de rubrique vin du magazine Le Point, était à Bordeaux pour présenter les primeurs 2012.

Le monsieur vin du magazine Le Point a sillonné les vignobles durant 5 semaines (une exception et un fait très rare chez les critiques et journalistes spécialisés vins) pour déguster près de 3000 vins lors des primeurs 2012 Bordeaux.  Ayant déjà livré ses impressions dans la parution de l’hebdomadaire ce mercredi (Paris) et ce jeudi (Province), et se positionnant sur un discours plus démarqué que d’autres professionnels du secteur – la soirée du Point hier au Bistro du Sommelier (rue Georges Bonnac) était l’occasion de découvrir les 40 coups de coeur du journaliste.

impitoyableJacques Dupont a la particularité d’utiliser « l’impitoyable« . Reconnus par les professionnels du vin et les amateurs avertis, les impitoyables sont mondialement connus et utilisés pour la dégustation.  Sa forme a été soigneusement étudiée pour amener le maximum de perceptions aromatiques en un minimum de temps, en décuplant ainsi le plaisir durant la dégustation d ‘un vin.

Grâce à cet outil, le critique reconnaît sans nul doute que “ce n’est pas le millésime du siècle”. Cependant, c’est un millésime “plein de fraicheur qui offre des vins très agréables et ce, malgré les difficultés climatiques auxquelles les viticulteurs se sont vus exposés”. Le résultat final de l’ensemble des propriétés est donc très hétérogène et les choix techniques (dates des vendanges, assemblage, extraction, etc.,) opérés par les châteaux se sont avérés décisifs et différenciants dans la réussite.

photo 4L’avantage du millésime 2012, à la différence de ses illustres aînés tels que les 2005, 2009 et 2010 (grands millésimes de garde que l’on doit doit attendre avant de pouvoir les consommer), est que Bordeaux offre cette année des produits qui “seront des vins avec lesquels on pourra se faire plaisir tout de suite”. Un profil de vin qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler les 2008 et 2011.

Et jusqu’à maintenant, les critiques ont surtout mis en avant les belles réussites de la rive droite. Jacques Dupont s’en démarque mais rejoint ses confères en louant la très belle qualité des Pomerol.
Pour lui, il y a aussi de belles surprises rive gauche dont on parle malheureusement peu. Il cite une de ses préférences pour les Margaux ainsi que certains crus bourgeois du haut-médoc “où les vins aux tannins très soyeux, sont très portés sur le fruit et pleins de fraîcheur”.

Parmi les 40 coups de cœur du critique, déjà publiés dans le nouveau Magazine Le Point et qui sortiront dans les prochains jour sur internet, on peut trouver des appellations de la rive gauche : Pauillac, Pessac-Léognan, Haut-Médoc, Saint-Estèphe.

photo 3

Château Mouton-Rothschild 2012

Le Mouton 2012 s’ouvre sur une couleur d’encre violacé. Le nez est dense, expressif, net de fruits noirs dominés par de la myrtille sur fond de fraise écrasée. La bouche droite et assez ample sur un tramé délicieux et caressant, orchestrée par des tanins crémeux. Précis ! Du bel ouvrage et de très belle facture ! »

Retrouvez aussi notre article sur la sortie du Château Mouton-Rothschild en primeurs, avec les notes de dégustation et les notes Parker.

Château Carbonnieux 2012CarbonnieuxR_1071_Macro_2007NM_C_ref

Le 2012 de ce Pessac-Léognan possède une robe richement pigmentée. D’une franchise aromatique rafraîchissante, ce Carbonnieux est bien né. Aux fruits rouges (framboise fraîchement cueillie) se mêlent des fragrances de glycine et de pétales de rose rouge. La bouche est assez précise, la structure civilisée non sans un certain relief. Pessac-Léognan vinifié avec intelligence et soin.

 Lagune_1056_Macro_2005NM_C_refChâteau La Lagune 2012

La Lagune 2012 est coloré, presque encre. le nez est ample, riche, bavard et gourmand de cerise noire et de myrtille. C’est frais et généreux. On aime la précision de l’attaque, le milieu de bouche fruité et tramé avec soin. Vin équilibré et charmeur à souhait.

Château Haut-Marbuzet 2012HautMarbuzet_1454_Macro_2007NM_C_ref

La couleur de ce Haut-Marbuzet est violacé, dense. L’amabilité de ce Saint-Estèphe, une signature récurrente de ce vin, se respire avec gourmandise au nez. Plus merlot que d’ordinaire (effet millésime oblige), les odeurs dominées par la mûre et la cerise se livrent avec abondance et richesse. La bouche, moins dense que des millésimes précédents, n’en demeure pas moins sapide avec de la chair et un grain particulièrement fin.

Batailley_1652_Macro_2006NM_C_ref

Château Batailley 2012

Le nez du Batailley 2012 ne se fait pas prier pour afficher ses arômes. C’est ample, parfumé, abondant et l’agitation amplifie le discours fruité: cerise burlat, notes balsamiques, pivoine. On aime la rectitude, l’élégance et la précision de l’architecture tannique particulièrement ciselée et taffetas. Rétro fruitée et finale rémanente. Très beau Pauillac !

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Léa Garmendia

Un commentaire

  1. Bonsoir, nous avons été publié et reçu une critique de M. Jacques DUPONT dans le dernier numéro du Point dont vous faites référence, en effet, c’est un honneur d’y être cité!
    Château Haut Peyrous

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*