Millésime 2017 : des vendanges exceptionnellement précoces
© Domaine Comte Abbatucci

Millésime 2017 : des vendanges exceptionnellement précoces

Période clé du cycle de la vigne, les vendanges correspondent au moment où les raisins sont récoltés à leur meilleure maturité. Cette phase récompense une année de travail et de patience pour le vigneron. 2017 annonce un véritable tournant, étant un des millésimes les plus précoces de l’histoire vinicole grâce à un excellent mois de juin, mais malheureusement marqué par un fort épisode de gel au printemps et de la grêle. Quelles sont les raisons de cette récolte prématurée ? Voici quelques éléments de réponse.

Les conditions climatiques influencent la date des vendanges

Le développement de la vigne dépend pour beaucoup des conditions climatiques. Elles affectent à la fois la date des vendanges, les rendements et par ce biais, la qualité des futurs vins. La météo influe notamment sur l’acidité des raisins. Les producteurs les plus au Nord ont tendance à vendanger plus tard, car la maturation des baies est plus lente que dans les régions plus ensoleillées. Aussi, certains cépages mûrissent plus rapidement que d’autres, ce qui explique la variabilité des dates des récoltes.

La vigne est aussi sensible aux fortes précipitations durant sa période de croissance (de la floraison aux vendanges), ce qui peut entraîner un retard du cycle et amener à des vendanges plus tardives. Une forte pluviométrie peut causer une dilution des polyphénols et composés aromatiques provenant du raisin. A contrario, un temps extrêmement chaud et sec peut provoquer un blocage de la maturation, voire carrément déclencher une fermentation inopinée et non voulue lors de la mise en cuve du raisin.

Depuis le début des années 1980, la date des vendanges a tendance à être avancée (à l’exception de quelques millésimes plus tardifs), débutant en moyenne 10 jours plus tôt qu’à cette période. Depuis le début du XXIème siècle, les viticulteurs vendangent de plus en plus tôt face à des conditions météorologiques marquées par la chaleur et la sécheresse. 2003, avec sa fameuse canicule estivale, a notamment entraîné des vendanges plus précoces d’un mois par rapport aux dates habituelles.

Vendanges faibles rendements gel

© Adobe Stock

Changement climatique : vers des vendanges toujours plus précoces ?

S’il est bien compliqué de donner une véritable raison aux dates toujours plus avancées des vendanges, il apparaît que les changements climatiques en sont un facteur important. La période estivale (post-floraison) est la plus importante pour déterminer le début de la récolte des grappes. Les étés plus chauds permettent une maturation plus rapide des baies et ainsi une accélération du cycle de la vigne jusqu’aux vendanges. Aujourd’hui, on peut désormais observer des vendanges précoces sur des millésimes aux étés chauds et humides. Ces conditions ne sont pas favorables à une récolte de qualité, c’est pourquoi des vendanges précoces ne sont plus vraiment aujourd’hui l’assurance d’un bon millésime. La maturité précoce due au réchauffement climatique entraîne une augmentation du taux de sucre et influence aussi sur la croissance du degré d’alcool. Au contraire, l’acidité baisse et les vins perdent en fraîcheur. Enfin, les arômes et la robe connaissent aussi des changements avec le réchauffement climatique. Vendanger en août, sous la chaleur de l’été, est un vrai risque pour le raisin qui pourrait être abîmé.  Point positif, la pression du mildiou a tendance à être de plus en plus rare face à la sécheresse et désormais, on peut produire du vin à peu près partout en France avec des raisins d’une belle maturité.

Certaines propriétés ont tendance à lutter contre ce réchauffement. L’enrichissement des sols, l’arrêt des désherbages ou encore la diminution des tailles permet aux grappes d’être protégées de la sécheresse et de trop de soleil et peuvent ainsi mûrir un peu plus tranquillement. Les vignes sont parfois plantées de plus en plus haut dans les coteaux, gagnant ainsi en fraîcheur. Certains instituts travaillent même au croisement de plusieurs cépages qui pourraient être à la fois productifs, savoureux et résistants face aux maladies et à la sécheresse.

Quoi qu’il en soit, dans quelques décennies, nous pourrions voir arriver dans les diverses régions viticoles des cépages que l’on ne trouvait pas auparavant et qui résisteraient plus à la chaleur. Ils permettraient donc de pouvoir continuer à y produire des vins de qualité.

Pourtant, les changements climatiques ne sont pas la seule cause de la précocité des vendanges. Les pratiques culturales ou encore la baisse volontaire des rendements peuvent eux aussi entraîner l’accélération du cycle et l’avancée calendaire des vendanges. Au château Pontet-Canet à Pauillac, en agriculture biodynamique, des « ponts » permettent de supprimer le rognage. La vigne peut alors terminer complètement son cycle végétatif et ainsi se concentrer entièrement sur la maturation des baies. Couplée à d’autre techniques, cette méthode entraîne une maturité des baies plus précoce.

2017 : une récolte anticipée un peu partout… surtout pour les blancs

Le millésime 2017 présente une précocité rare due à un mois de juin extrêmement chaud. Celui-ci a notamment permis une croissance accélérée du cycle de la vigne. Avant ça, les vignobles français ont malheureusement été frappés par un fort épisode de gel et de grêle sur des bourgeons et des premières pousses fragiles, qui ont entraîné une forte réduction des rendements (- 17% sur la moyenne des cinq dernières années). Cependant, les vignes rescapées ont tout de même pu exprimer leur magnifique potentiel sur les raisins restants qui présentent une très belle concentration.

Vendanges blancs château Pape Clément

© Château Pape Clément

Cette année, une grande majorité des appellations françaises ont dû démarrer leurs vendanges plus tôt que d’habitude. Ainsi, les blancs du Languedoc ont obtenu leur ban des vendanges dès le 9 août. La Corse avec le Domaine Comte Abbatucci, ou encore les Graves avec le château de Chantegrive ont elles aussi démarré leur récolte en avance. En Alsace, les vendanges ont débuté le 24 août pour les crémants et le 30 août pour les vins tranquilles. La Champagne a également commencé ses vendanges 10 jours plus tôt que la moyenne de ces 10 dernières années. En Loire, la récolte a débuté début septembre. Enfin, la Bourgogne a – en moyenne – amorcé ses vendanges deux semaines avant les dates habituelles.

Pourtant, la précocité du millésime 2017 est toute relative dans certaines régions viticoles. Dans le bergeracois, si une partie du vignoble s’est développé de manière précoce, les parcelles ayant gelé en avril sont quant à elles en retard ! Pire, le lourd gel dans le Jura a détruit presque 50% de la récolte totale. Dans le bordelais, alors que les vendanges ont débuté de manière exceptionnellement précoce pour les blancs, les rouges voient leur maturation stagner ces dernières semaines d’après certains relevés comme par exemple la maturité des pépins. Ce ralentissement est notamment dû à la météo fraîche et humide de ce mois de septembre. Dans la Loire, si les blancs ont vu leurs vendanges débuter 15 jours en avance, les rouges ont tendance à voir leur maturation ralentir avec les conditions climatiques de ce mois de septembre : on attend la récolte des premiers cabernets aux alentours du 25 septembre.  Il faudra donc s’armer d’un peu de patience avant de déclarer les vendanges 2017 définitivement closes.

Les aléas climatiques et la précocité des vendanges pour le millésime 2017 n’ont pas uniquement touché la France. D’autres pays en Europe ont eu aussi connu des conditions très complexes. En Espagne, le gel a touché de nombreux vignobles (Rioja, Bierzo, Ribera del Duero, Galicia…). La chaleur de l’été a tout de même permis aux baies de présenter une excellente maturité tout en vendangeant sur certaines appellations deux semaines en avance par rapport à la moyenne.

L’Italie a quant à elle connu une tempête le 15 avril et un épisode de gel la dernière semaine d’avril (Barolo, Barbaresco, Alba, Langhe) ont d’abord entraîné une baisse des rendements. Les vignobles ont aussi connu une exceptionnelle vague de chaleur durant l’été (nommée Lucifer) qui a notamment amené une récolte précoce de l’ensemble des cépages (même les cépages tardifs comme le Nebbiolo ont connu une nette accélération de leur maturation). Dans le Piémont, les vendanges des blancs ont par exemple débuté fin juillet, à partir du 3 août sur l’appellation Franciacorta.

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Thibault Rocher
Actuellement en contrat de professionnalisation chez Millésima en tant que rédacteur web, je suis étudiant en Master 1 de Conception-rédaction à Sup de Pub Bordeaux.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

GermanEnglishusaitaly



Entrez dans l’intimité des Grands Vins


Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour :

  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

Je suis déjà abonné(e) à la newsletter