Primeurs 2016 | Cos d’Estournel 2016, le « super second » fascinant!

Primeurs 2016 | Cos d’Estournel 2016, le « super second » fascinant!

Cos d’Estournel mérite bien sa place de « super second » tant par le prestige des vins qu’il incarne que par sa position de 2ème cru classé en 1855 dans le classement médocain. La forte demande internationale sur ses vins depuis les années 90 n’est pas étrangère à son ancien propriétaire Bruno Prats, lequel revendra en 2000 le joyau de Saint-Estèphe à Michel Reybier pour accroître la politique dynamique du second cru classé et ce, sous la direction talentueuse de Jean-Guillaume Prats. Au départ de ce dernier pour de nouveaux projets, en janvier 2013, c’est désormais Aymeric de Gironde, non moins talentueux et exigeant, qui dirige ce cru hors-norme de Saint-Estèphe.

Une architecture singulière aux airs de palais indien

Situé dans le Médoc sur l’appellation Saint-Estèphe, Cos d’Estournel entretien une part de mystère derrière sa superbe porte en bois sculpté. Le bâtiment principal surmonté de magnifiques pagodes abrite les chais du domaine. A Cos d’Estournel, c’est le vin qui habite le château.

Quand on parle de Cos d’Estournel, on ne peut s’empêcher de penser aux voyages et notamment à l’Inde. Rien d’étonnant à ce que l’on surnomme son ancien propriétaire, Louis Gaspard d’Estournel, le « maharadjah » de Saint-Estèphe. Lorsque celui-ci hérite de quelques vignes près du village de Cos, il reconnaît rapidement en 1811 la qualité du vin et décide de vinifier cette parcelle à part dont les vins s’exporteront en Inde. Toutefois, les travaux gigantesques l’endetteront et le forceront à vendre la propriété en 1852 au londonien Martyns.  Louis Gaspard d’Estournel pourra cependant vivre sur les terres : ce qu’il fera jusqu’à la fin de ses jours. Viendront d’autres propriétaires qui se succéderont.

En 1869, Cos sera cédé à la famille Errazu, des aristocrates espagnols. En 1917, il sera repris par Fernand Ginestet (voir la maison de négoce éponyme). Et en 2000, c’est donc Michel Reybier (ancien patron des marques Cochonou, Justin Bridou, Aoste… et depuis, propriétaire de luxueux complexes hôteliers comme La Réserve à Genève et à Saint-Tropez) qui tombe amoureux de cette perle de Saint-Estèphe. Se donnant les moyens de propulser Cos d’Estournel dans le cercle fermé des vins de prestige, Michel Reybier entreprend une rénovation du cuvier (une structure aux outils très technologiques) et d’un chai impressionnant, coiffé d’une passerelle de verre, le tout pour gérer avec plus de précision, les parcelles étendues sur 91 hectares.

« J’ai été séduit par l’histoire de cette propriété, puis en la visitant j’ai perçu son côté unique, son originalité »Michel Reybier.

Cos d'Estournel chateau ensemble

Une pédologie d’exception

Le château est un clin d’œil à sa topographie, une colline de cailloux, ce que signifie « Cos » en vieux gascon. Située à proximité de l’estuaire de la Gironde – et bénéficiant ainsi d’un micro-climat qui tempère les basses comme les fortes températures saisonnières – le parcellaire du cru repose sur un amoncellement de graves du Quaternaire. Originaires du Massif Central et des Pyrénées, ces graves ont été déposées sur le socle calcaire de Saint-Estèphe.

Cos d’Estournel possède de belles croupes très drainantes. Elles permettent notamment d’exprimer toute l’intensité aromatique du Cabernet Sauvignon, du Merlot (très présent pour un vin du Médoc), du Cabernet-Franc et du Petit Verdot. 91 hectares de vignes composent le vignoble de la propriété dispatché, tel un patchwork, en 61 parcelles bien distinctes. D’un âge moyen de 45 ans, le vignoble possède quelques pieds d’un âge très ancien allant de 80 à 100 ans ! Ces vieilles vignes apportent une belle profondeur et une grande structure au vin qui reflètent bien la complexité du sol. Le Grand Vin de Cos d’Estournel par exemple, est élaboré à partir de pieds dont l’âge se situe environ à 55 ans. C’est la qualité du terroir et la manière dont sont conduites les vignes qui assure l’identité du style unique des vins de Cos d’Estournel.

L’art du travail bien fait

Saviez-vous qu’à Cos d’Estournel, un vigneron était assigné à 45 000 pieds ? Les vendanges sont faites manuellement et les raisins obtenus sont triés scrupuleusement à la fois à la vigne puis à réception au cuvier. Doté d’un cuvier très à la pointe, qui respecte le fruit grâce à une gestion de la vendange par « gravité dont durant laquelle des cuvons (petites cuves recevant le raisin) sont acheminés par un système judicieux d’ascenseurs.». La vinification qui suit s’adapte ensuite au caractère de la vendange et privilégie l’expression du terroir.  Une fois les lots vinifiés à part, le tout est élevé en barriques neuves de chêne noble – dans un somptueux et très grand chai surmonté d’une passerelle de verre – afin d’ajouter un juste boisé qui mettra subtilement en valeur l’expression du terroir dans chaque verre dégusté.

Des vins qui confinent à l’élégance

Cos d'Estournel Grand Vin

Qu’il s’incarne dans la première étiquette, Cos d’Estournel, la seconde Les Pagodes de Cos, ou au travers du Cos d’Estournel blanc (dont les vignes se situent au nord du Médoc mais estampillé en AOC Bordeaux blanc sec), le style des vins incarne l’élégance, la subtilité et la droiture. On est d’emblée séduit par son élégance « virile », mariant avec grâce la puissance et la suavité. Jeune, il se définit par l’intensité de sa structure et l’éclat de son fruit. A complète maturité, – lui qui selon les millésimes offre un potentiel de garde étonnant – il possède un beau fondu et une complexité aromatique mêlée d’épices : clin d’œil s’il en est, à son architecture indienne.

Son second vin, les Pagodes de Cos, provient de vignes plus jeunes, cultivées sur le même terroir, mais dont l’élaboration est réalisée avec une exigence sans faille: Puissant, aromatique et long en bouche, sa finale est persistante. Un vin de raffinement et de plaisir permettant d’attendre le fougueux et somptueux premier vin.

château Cos d’Estournel en Primeurs 2016  Pagodes de Cos en Primeurs 2016 

Retrouvez les primeurs déjà disponibles :

Primeurs 2016 

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Adeline Vignard
Social Media Manager chez Millésima, je m'occupe de la communication et de la stratégie éditoriale sur les réseaux sociaux ainsi que de l'e-réputation de la marque.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*