Elio Altare – un visionnaire passionné par la qualité de son terroir piémontais

Elio Altare – un visionnaire passionné par la qualité de son terroir piémontais

Appartenant à la famille Altare, le domaine Elio Altare a connu une histoire mouvementée. Mais très vite, il est finalement devenu une adresse incontournable dans le Piémont.

Jeudi 16 octobre à 19h

Jeudi 16 octobre à 19h

Venez découvrir cette maison lors de notre AfterWork Piémont le jeudi 16 octobre à 19h dans les chais de Millésima.

Inscriptions ici

De 1948 jusqu’à nos jours

C’était Giuseppe, le père d’Elio, qui a acheté la propriété en 1948 à La Morra. Il a cultivé les cépages régionaux Nebbiolo, Barbero et Dolcetto dans son vignoble de 5 ha, agrémenté de pêchers, de pommiers et de coudriers. Le domaine était donc orienté vers la polyculture : un système de production courant à cette époque.

Elio Altare, chai

Elio Altare, chai

Son fils Elio s’est pris de passion pour la viticulture et s’est impliqué très vite dans le travail, aux côtés de son père. Cependant, l’Italie a souffert de la crise économique dans les années 70. Lui décide d’améliorer ses connaissances en viticulture par la découverte d’autres régions viticoles, notamment en Bourgogne. Impressionné par la manière qu’ont les bourguignon de vinifier, une méthode bien différente des méthodes traditionnelles du Piémont, Elio voulu faire siennes ces techniques de vinification et de vieillissement pour les appliquer au domaine familial. Homme ambitieux et très motivé, il a d’abord restauré le chai puis amélioré les parcelles du domaine. Elio a remplacé les grands foudres en bois par des petites barriques, ce qui permet un vieillissement plus sophistiqué selon lui. Les arbres fruitiers ont laissé leur place à la vigne avec un encépagement plus varié.

Son père, plutôt de l’ancienne école, était choqué de ces changements et n’était pas toujours d’accord avec ces nouvelles approches. Ces désaccords étaient tels qu’il a décidé de déshériter son fils en 1985, à sa mort. Pourtant, persuadé que son travail et ses choix étaient pertinents, Elio a continué la restructuration du domaine en rachetant les parts de ses frères et sœurs.

Animé d’une vraie passion pour le vin, Elio vise la complexité, l’élégance et l’équilibre dans la création des vins. Une feuille de route gagnante qui contribua rapidement à la renommée de la propriété, et ce bien au-delà des frontières italiennes. Aujourd’hui, le vignoble (agrandi à 10 ha) est entretenu avec la plus grande rigueur par l’ensemble de la famille. Depuis 2000, sa fille aînée, Silvia, s’implique énormément dans la production. Quant à Elena, la fille cadette, elle s’occupe de la partie commerciale sur le marché allemand en assurant l’importation des vins familiaux.

La griffe des vins

13-19

Cinqueterre Cantina Campogrande

L’ensemble des vins est produit sous des standards de l’agriculture biologique. Mais Elio va encore plus loin dépassant le cahier des charges qu’on lui impose. Pourquoi ? Pour préserver l’équilibre entre son vignoble et les hommes et retrouver ainsi, une harmonie qui existe depuis une centaine d’année. Traitées uniquement avec des produits naturelles, les vignes sont fertilisées avec de l’engrais de vache mais exclut tout produit de synthèse et évidemment chimique. Au chai, la fermentation se déroule naturellement avec les levures indigènes présentent sur les raisins et dans les chais. Elio a préféré abandonner la filtration et la clarification pour obtenir des vins purs, naturels et moins décharnés.

L’encépagement, dont les vignes sont âgées d’environ 90 ans, consistent en des cépages autochtones (40% Nebbiolo, 25% Dolcetto, 26% Barbera), enrichit par des cépages internationaux (5% Cabernet Sauvignon, 4% autres). Vendangés uniquement à la main, les raisins sont vinifiés avec le plus grand soin et élevés par la suite en chêne français pendant 5 à 24 mois (en fonction de la cuvée).

 Elio Altaro disponible chez Millésima

La retraite est un mot inconnu dans le vocabulaire de ce visionnaire

N’ayant jamais perdu son esprit d’innovation et ces ambitions, cet « homme 100 Volts » a trouvé un nouveau projet, dans lequel il s’investit avec passion. Dans un vieux village de montagne, entre l’Italie et la France, il revitalise la production locale en gardant les traditions anciennes. Ici, en Castelmagno, ce n’est pas que le vin qui l’intéresse. A côte des parcelles des anciens cépages Bosco, Albarola et Liseiret, il gère une production de fromage et une plantation d’herbes médicales.

Elio Altare

Elio Altare

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Frédéric LOT
A graduate of philosophy, ex-wine journalist. Community & Content Manager, in charge of Rich Media strategy and web 2.0 communication in Millesima wine merchant. Wine columnist on France 3 Aquitaine TV (French TV)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*