Cos d’Estournel, un terroir précieux

Cos d’Estournel, un terroir précieux

Le maharadjah de Saint-Estèphe

L’histoire du château Cos d’Estournel débute, il y a plusieurs siècles, avec Louis Gaspard d’Estournel. Lorsque celui-ci hérite de quelques vignes près du village de Cos, il reconnaît rapidement la qualité du vin et décide de vinifier cette parcelle à part dès 1811. Très vite, il rivalisera avec les plus grands crus bordelais et s’exportera en Inde. Louis, influencé par la culture de ce pays, sera surnommé le maharadjah de Saint-Estèphe et donnera au domaine des airs de palais indien. Mais ces travaux faramineux l’endetteront et le forceront à vendre la propriété en 1852 au londonien Martyns.  Louis Gaspard d’Estournel pourra cependant vivre sur les terres : ce qu’il fera jusqu’à la fin de ses jours.

cos2

Plusieurs propriétaires se succédèrent ensuite à Cos d’Estournel. En 1869, il sera cédé à la famille Errazu, des aristocrates espagnols. En 1917 , il sera repris par le célèbre Fernand Ginestet. Enfin, depuis 2000, il appartient à Michel Reybier (ancien patron des marques Cochonou, Justin Bridou, Aoste… et depuis, propriétaire de luxueux complexes hôteliers comme La Réserve à Genève et à Saint-Tropez). Très attaché à la recherche de l’excellence, il travaille sous le signe de la fidélité et de l’universalité, valeurs du fondateur de Cos d’Estournel.

Une curiosité géologique

vigneS’étendant sur 91 hectares, la propriété rend hommage à son nom, « Cos », signifiant « colline de cailloux » en vieux gascon. En effet, située au bord de la Gironde, elle est constituée d’un véritable amoncellement de graves du Quaternaire. Originaires du Massif Central et des Pyrénées, elles ont été déposées sur le socle calcaire de Saint-Estèphe. On découvre, au château Cos d’Estournel, de belles croupes bien drainées et modelées par l’érosion. Elles permettent notamment d’exprimer toute l’intensité aromatique du Cabernet Sauvignon (60% de l’encépagement) et du Merlot.

L’originalité ici, ce sont ces graves exceptionnellement profondes. Obligeant les vignes à plonger leurs racines très profondément, elles représentent l’un des plus précieux terroirs du monde. De plus, la zone de production bénéficie d’un microclimat grâce à la proximité de la Gironde et de l’océan Atlantique. Ainsi, il agit en régulateur et empêche les excès de température. Une particularité qui sied à merveille à ces vignes âgées en moyenne de 35 ans.

La tradition du travail manuel

grappeA Cos d’Estournel, un vigneron est assigné à 45 000 pieds. Les vendanges sont faites manuellement et les raisins obtenus sont triés très rigoureusement. La vinification s’adapte ensuite au caractère de la vendange et privilégie l’expression du terroir. Un travail méticuleux qui a été facilité avec la création du nouveau chai et d’un cuvier très design (très fonctionnel) en tout gravitaire dont les cuvons (petites cuves recevant le raisin) sont acheminés par un système judicieux d’ascenseurs. Tri exigeant, contrôle précis des températures de fermentation, sélection des tanins les plus moelleux, préservation du fruit…autant de variables qui permettent d’offrir un grand cru. Celui-ci est élevé en barriques neuves de chêne merrain – dans un somptueux et très grand chai surmonté d’une passerelle de verre – afin d’ajouter un juste boisé qui mettra en valeur le bouquet.

Le château Cos d’Estournel et les Pagodes de Cos

CosDEstournel_1051_Macro_2006NM_C_refSecond cru classé de 1855, Cos d’Estournel fait partie de la famille de ce que l’on a l’habitude d’appeler sur la « Place de Bordeaux » comme dans les médias spécialisés, un « super second ». Ce vin exprime avant tout un style à travers ses différents millésimes. On se laisse séduire par son élégance virile, assemblage de puissance et de suavité. Jeune, il se définit par l’intensité de sa structure et l’éclat de son fruit. A complète maturité, il possède un beau fondu et une complexité aromatique mêlée d’épices : clin d’œil s’il en est, à son architecture indienne. Son second vin, les Pagodes de Cos, provient de vignes plus jeunes, cultivées sur le même terroir, mais dont l’élaboration est réalisée sans concession : avec des soins identiques à la « première étiquette. » Puissant, aromatique et long en bouche, sa finale est persistante. Un vin de raffinement et de plaisir.

 

Découvrez les vins du château Cos d’Estournel

 

cos1

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Marie Lallemand
Etudiante en Master 2 Spirits Marketing & Management à l'INSEEC Bordeaux, blogueuse et assistante e-marketing chez Millésima.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*