Crus bourgeois, l’excellence discrète

Crus bourgeois, l’excellence discrète

L’histoire des crus bourgeois remonte à quelques siècles. Histoire chaotique marquée par une renaissance au 20ème siècle, les crus bourgeois sont aujourd’hui reconnus et ont su imposer leur excellence, au fil du temps, telle une évidence. Brèves explications grâce à « Conseils Vins du Médoc ».

Du cru des bourgeois au Cru Bourgeois

DSCN6055

Château Peyrabon

Le terme « bourgeois » remonte à l’époque médiévale, qui voit apparaître de grands marchands basés sur la place de Bordeaux. Du Moyen Âge à la Révolution française, la bourgeoisie est omniprésente dans la vie politique et économique des villes.
A chaque changement de pouvoir ou d’autorité, cette bourgeoisie saura conserver ses nombreux privilèges.
Précisément exonérés des lourdes taxes qui pèsent sur le vin, les bourgeois investissent très tôt dans la terre et créent de grandes propriétés viticoles.
Même après la Révolution Française, les bourgeois poursuivent leur rôle de « pionniers du vin » et s’offrent alors les meilleures terres et les méthodes de production les plus performantes. À la pointe des dernières techniques viticoles et vinicoles, ils créent des vins d’une grande qualité et étendent leurs domaines jusqu’à former les prestigieux vignobles qui élaboreront progressivement les grands « Crus Bourgeois ».

Depuis toujours, les Crus Bourgeois n’ont eu de cesse de contribuer au prestige du vignoble médocain et même si à ce jour, aucun classement officiel n’a réellement abouti, au profit d’une révision annuelle, faite depuis 2008, alliant modernité et dynamisme. Les Crus Bourgeois représentent aujourd’hui plus de 40 % de la production viticole du Médoc.

Le XXe siècle : un nouveau départ

DSCN3910

Terroir typique du Médoc

La Première Guerre mondiale freine considérablement l’essor des crus des bourgeois mais le Médoc s’accroche et fait survivre ses grands vins.
En 1962, se crée le Syndicat des Crus Bourgeois.

En 2003, ce syndicat des Crus Bourgeois met en place une révision du classement qui consacre 247 crus jusqu’au millésime 2006.

Les crus bourgeois représentaient dans le classement de 2003 environ 44 % de la production totale de vin dans le Médoc répartis selon les appellations :

•    médoc :  36 % de la production
•    haut-médoc : 60 % de la production
•    saint-estèphe : 48 % de la production
•    pauillac : 9 % de la production
•    saint-julien : 13 % de la production
•    moulis-en-médoc : 63 % de la production
•    listrac-médoc : 55 % de la production
•    margaux : 28 % de la production

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Léa Garmendia

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*