Le succès de Chapoutier : ses vins

Le succès de Chapoutier : ses vins

Alors que l’Hermitage était historiquement fait d’assemblage de différentes parcelles (Ermitage), Michel Chaoputier prit l’initiative de considérer son approche bourguignonne en élaborant des sections parcellaires provenant de lieux dits, des petites parcelles à l’intérieur de l’appellation.

« fac et spera » : fais et espère

Ces vins parcellaires de la Maison dont le Pavillon (Ermitage rouge), le Chante-Alouette (Hermitage blanc), la Mordorée (Côte-Rôtie) ou Barbe-Rac (Châteauneuf-du-Pape) pour les plus connus, et bien que pluriels dans leurs expressions, sont à réunir sous un même dénominateur commun pouvant être résumé ainsi: vin d’une grande digestibilité, respirant la finesse, la minéralité, la longueur en bouche. Le résultat obtenu est à la hauteur de l’ambition de  Michel Chapoutier. Transcrire dans chaque flacon la personnalité du sol combiné à son cépage.

Aujourd’hui ses vins issus de sélections parcellaires du millésime 2010 et produits selon les exigences de la biodynamie sont unanimement reconnus et les plus grands critiques, Robert Parker* et Jancis Robinson* en tête, l’adjugent d’excellentes notes, non sans mérite.

* Robert Parker = RP
* Jancis Robinson = JR


Chapoutier Ermitage l’Ermite Rouge 2010 – RP 100/JR 18.5

Robert Parker n’a d’autre choix que de lui attribuer le qualificatif « parfait » au vu de la note attribuée. Il justifie toutefois cette notation par le caractère rare du terroir (sol sableux et granitique situé au sommet de la colline de l’Hermitage) et la superficie minuscule de la parcelle (7.5 ha). Les deux critiques s’accordent à dire que ce vin sera à son apogée dans les 4 prochaines décennies. A la fois épicé et riche, il est également doux mais nerveux, ce vin est dominé par des notes de fruits noirs et bleus, une touche de charbon de fer agrémente une note florale inattendue. Sa tannicité révèle l’exceptionnelle pureté de son palais.

Chapoutier Ermitage le Pavillon 2010 – RP 100/JR 17.5

Jancis Robinson vibre à la couleur pourpre de ce vin, de cette épaisseur, de ce moelleux si dense, et une note très minérale en fin de bouche. Pour Robert Parker on est sous des arômes de crème de cassis, de camphre, d’encre de stylo, de fleur blanche et corsé (caractéristiques de son terroir). A consommer idéalement à partir de 2030 …

Chapoutier Ermitage le Meal 2010 – RP 99 /JR 17.5

La couleur est d’un violet intense très foncé, la bouche est d’une large envergure  qui se propage à travers tout le palais lui donnant une opulence et une coriacité fidèle aux vins de l’Hermitage que l’on dit « vins de mûres » selon Michel Chapoutier. Concurrençant le fameux Hermitage La Chapelle de la maison Jaboulet (venant de la même parcelle) selon Robert Parker, ce dernier sent des arômes de steak tartare, de cassis, de mûres, de fleurs d’acacia et de terre brûlée. Sa texture est onctueuse, très raffinée mais corsé. Son palais perdure des minutes après.

Chapoutier St Joseph les Granits Blanc 2010 – RP 96/ JR 16.5

Des arômes d’huile de mandarine, de marmelade d’orange, de pierre, silex, de poudre de pistolet en substance le tout couronné par une faible acidité teintée de fumé. Ce vin chaud et puissance est très structuré et élégant et se positionne comme un vin riche et plein réussissant un tour de force magistral.

 Chapoutier Ermitage le Meal Blanc 2010 – RP 97 /JR 17

Le millésime 2010 de ce cru fait ressortir des arômes de fruits tropicaux, avec des notes de groseilles rouges mélangés avec de la mangue, de la marmelade d’orange sur un fond de senteurs asiatiques. Ce vin est dense, corsé, intense et riche. Que dire alors ? Que c’est le plus voluptueux et opulent des sélections parcellaires en blanc de 2010. Jancis Robinson rajoute qu’il y a plus de tension que dans la cuvée de l’Orée. A consommer idéalement dans 30 ans …

 Chapoutier Chateauneuf du Pape Barbe Rac 2010 – RP 96/JR 17.5

Un effort magnifique pour Robert Parker ; un vin dense, structuré, au nez très développé et au palais tout à fait ouvert et charmant pour Jancis Robinson.  Ce vin condense des arômes de kirsch, d’herbes exotiques, de lavande, de cèdre, de figue, de réglisse, de cerise noire et de viande grillée. Un Châteauneuf-du-Pape qui mérite 20 ans de garde.

Retrouvez également, le succès de Chapoutier : histoire et terroir.

Newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour:


  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

* champs requis

A propos de Léa Garmendia

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

GermanEnglishusaitaly



Entrez dans l’intimité des Grands Vins


Abonnez-vous à la Newsletter hebdomadaire du Blog Millésima pour :

  • Bénéficier des derniers articles exclusifs sur le monde du vin
  • Découvrir les coulisses des plus grands domaines en vidéo
  • Etre alerter en avant-première sur les dégustations et événements que nous organisons

Je suis déjà abonné(e) à la newsletter